Cabinet dentaire du Dr SOUCASSE

Parodontologie - Implantologie - Dentisterie Esthétique - Omnipratique

Chirurgien-Dentiste à SAINTE SIGOLENE - Place des anciens d'AFN - 43600 SAINTE SIGOLENE - Tél : 0471755937

Docteur, j'ai les dents qui bougent...

Docteur, j'ai les gencives qui saignent...

Peut-être avez-vous prononcé ces phrases chez votre praticien, vous êtes alors très certainement concernés par ce que l'on appelle les thérapeutiques parodondales.

Le monde change, tout change, et la parodontologie (maladie des gencives et de l'os ) évolue aussi.

Alors que les dernières études scientifiques de 2017 et 2018 nous révèlent une implication certaine de la maladie parodontale sur le développement des AVC, du diabète, et même de certains cancers ( oesophage, colon, poumon ), une prise de conscience générale devrait avoir lieu qui permettrait peut être aux services publics d'évoluer.

En tout état de cause, les temps changent d'une part pour la thérapeutique parodontale initiale (dite NON chirurgicale) ; en effet, actuellement les résultats des détartrages surfacages radiculaires( DSR ) sont meilleurs, et toutes les études montrent que l'on peut imputer 3 facteurs à cette amélioration :

1 les instruments

2 les médicaments

3 les patients

1 . les aides optiques ( loupes binoculaires, micsroscopes ) sont une vraie révolution pour la thérapeutique non chirurgicale et permettent une chirurgie moins invasive avec microinserts et microcurettes .Cela autorise un meilleur accès dans les zones compliquées.

. le laser

Bien qu 'aucune étude ne prouve que le laser soit plus efficace que la thérapeutique manuelle ( curettes et ultrasons ) , il permet une chirurgie plus appaisante pour le patient et apporte un confort d'utilisation pour le praticien.

Le laser couplé à la photothérapie dynamique crée un potentiel bactéricide supérieur et présente un intérèt chez les patients sensibles tels que les fumeurs, les immunodéprimés et les diabètiques.

2 les médicaments

 Au jour d'aujourd'hui on prescrit autrement et mieux.

En associant antimicrobien et un adjuvant antimicrobien, les études montrent que l'on diminue de 60% le besoin de passer à la chirurgie (thérapeutique chirurgicale).

D'autre part on sait depuis peu que les probiotiques qui favorise une flore bénéfique comparativement à une autre flore, impacte le patient en modulant sa réponse inflammatoire et en augmentant sa capacité à cicatriser ; et l'on a pu constater de meilleurs résultats dans les poches parodontales profondes ainsi que chez les fumeurs (étude de Matsubara 2016).

3 les patients

les facteurs de risque des maladies parodontales sont multiples d'où actuellement  la recherche  de biomarqueurs ( glycemie, stress oxidatif ) pour mieux les depister; d'autre part les tests génétiques de susceptibilité aux maladies parodontales sur le marché apportent aussi une réponse personnalisée; de même les logiciels parodontaux actuels permettent de mieux évaluer les patients à risque, si bien que l'on peut dire aujourd hui  que le profil du patient prend toute son importance dans le traitement et que nous évoluons vers une médecine parodontale plus individualisée.

En effet, alors qu'auparavant, on opérait systématiquement les poches parodontales supérieures à 6 mm après traitement initial, actuellement nous pouvons donc cibler de manière plus précise les patients devant subir une intervention de seconde intention en fonction de leurs critères de risque.

Les temps changent aussi pour la thérapeutique chirurgicale, avec la régénération parodontale guidée ou induite qui a fait preuve de son efficacité, avec une chirurgie minimalement invasive favorisant la cicatrisation des lambeaux, et enfin avec la chirurgie plastique parodontale dont le secret d'un traitement stable reste une gencive épaisse.

Donc aujourd hui nous avons une approche différente ; nous travaillons mieux, plus localisé et avec une chirurgie moins invasive ;

Des études récentes (Piniprato) attestent que le taux de survie de dents parodontalement compromises (c'est à dire ayant perdu 60 à 80 % de leur support osseux) étaient de 96% à 10 ans (avec maintenance évidement).

ALORS POUQUOI PRIVILEGIER L'EXTRACTION ?

Par contre, le facteur majeur des résultats reste la COMPLIANCE DU PATIENT, autrement dit la thérapeutique de soutien ou la maintenance du patient qui représente une part active du plan de traitement.

Plus le traitement est complexe, plus la maintenance sera importante, et meilleur sera le résultat.

LA MAINTENANCE RESTE INDISPENSABLE A LA REUSSITE DU TRAITEMENT et parfois un controle tous les 3 mois est nécessaire.

Conserver ces dents dans un rapport « coût – bénéfice » acceptable, et avec une esthétique agréable, tel est le vrai but de nos taitements parodontaux.

ALORS MAINTENANT LANCEZ VOUS …...

CONSERVEZ …..........

ENTRETENEZ.............

mars 2018

Où sommes-nous ?

Cabinet dentaire du Dr SOUCASSE
Chirurgien-Dentiste à SAINTE SIGOLENE
Place des anciens d'AFN
43600 SAINTE SIGOLENE

Nos horaires

Matin Après-midi
Lundi 08h30 - 12h00 14h00 - 18h30
Mardi 08h30 - 12h00 14h00 - 18h30
Mercredi 08h30 - 12h00 12h00 - 16h30
Jeudi 08h30 - 12h00 14h00 - 17h30
Vendredi 08h30 - 12h30 Fermé
Samedi Fermé Fermé
Dimanche Fermé Fermé